CIMOCHE

Publié le par JIPEHEM


Depuis le mois d'août, un fim de cinématographe fait les délices des critiques de tout bord et de tout côté. C'est une petite saloperie très laide qui encense la grande délinquance en glorifiant l'ascension d'un petit voyou qui devient  un grand criminel. Tout le monde, de droite à gauche salue bien bas cette petite crotte dont l'odeur nauséabonde m'empeste.

Aujourd'hui pour avoir la cote il faut singer les voyouseries américaines. Si un égaré se fourvoyait, disons, dans l'histoire d'une petite instit' qui à force de volonté et d'intelligence finirait sa carrière au Collège de France, il ne ferait pas une entrée parce que trop tendre, trop moral, trop "franchouillard" et pas assez "américanouillard".

Plus un film français est laid et ressemblant à un mauvais film américain, plus il est considéré comme étant une belle œuvre professionnellement correcte. Quand on pense que Woody Allen et Steven Spielberg ont eut Truffaut comme modèle…

Allez, je vais retourner voir Gran Torino qui est tout le contraire, même s'il est un petit peu culcuré la praline..

 

Publié dans CULTURE GENERALE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
A la famille ROIDEIC je souhaite une bonne nuit, car ne suis pas inspiré par les articles, et je suis fatiguée. Bisous à tous les deux.
Répondre
G
 JP, j'ai pas vu Le Prophète (pour cause de maladie) mais Jacques Audiard est un excellent réalisateur qui a, pour commencer écrit le scénar de Mortelle Randonnée, pas moins!! Il singe personne, fait du cinéma un point c'est tout, et puis c'est vrai que les ricains voulaient imiter Truffaut mais pour Gran Torino : JE NE TROUVE PAS MES MOTS, c'est un bijou et tu le sais puisque tu vas le revoir. Je sais aussi me taire. BISOUX Gaby
Répondre
J
<br /> C'est curieux ce raisonnement, puisqu'il a fait un truc bien tout ce qu'il fera sera forcément bien. C'est pas vrai. Un artiste se remet en question à chaque fois, c'est pourquoi ils ont besoin de<br /> Césars et autres récompenses. Il singe le cinéma américain parce que c'est ce qui se vend, et résultat il fait un film atroce. Je me fiche de savoir s'il est ou non un bon réalisateur, il véhicule<br /> des idées répugnantes. Qu'il crève.<br /> <br /> <br />
S
Je vois de quoi tu parles : un prophète, n'est-ce pas ? Pour ma part, j'ai adoré, et je n'ai pas du tout eu l'impression de voir un film américain. On survit comme on peut avec les moyens qu'on a, c'est ce que j'ai retenu de ce film. Tant pis pour la morale.
Répondre
F
C'est bien connu, pas de bonne hsitoire avec de bons sentiments. Nous sommes tous des voyeurs.
Répondre
E
D'accord , je t'accompagne !
Répondre