BOITE A SUCRE

Publié le par JIPEHEM

http://i55.tinypic.com/357rfbb.jpg Années 50. Monsieur Ouvrieux, chaque matin, monte dans l'autobus pour se rendre à l'usine de cyclomoteurs, bleus ou orange, pour y tourner des boulons. Il rentre le soir, sans oublier d'acheter la baguette, par le même autobus mais dans le sens inverse. Chaque semaine il cache un petit billet dans la boite à sucres. C'est ainsi réglé depuis des années jusqu'à ce qu'un jour, la boite à sucres soit suffisamment remplie pour acheter son propre cyclomoteur, bleu ou orange.

-Bonjour monsieur Cyclo, je voudrais une motobilette.

-Oui. Bleue ou orange?

-Je sais pas…

-Bien, vous êtes ouvrier ou maçon?

-Ouvrier.

-Alors orange!

Heureux comme un petit garçon, le lendemain il roule à cheval sur sa mob, orange. Et tout repart, y compris les billets dans la boite à sucres.

Jusqu'au jour, où madame banque vient lui expliquer que son idée de boite à sucre est très bien mais pas assez productive. L'argent, tant qu'il est dans la boite ne sert à rien. Il serait bien plus utile dans le coffre de la banque, comme par exemple, jouer au loto -pardon, à la bourse- et en plus il serait bien mieux protégé. En échange il recevrait un carnet qui lui servirait à fabriquer lui-même des billets pour acheter ce qu'il veut. OK, dac, qu'il dit, et ainsi fut fait. Il achète, il achète, mais continue quand même avec sa boite à sucres.

Jusqu'au jour où, madame banque vient lui expliquer que son idée de boite à sucres est très bien mais qu'il pourrait faire mieux. Ah? Comment? En faisant le contraire. Le contraire? Oui. Tu achète ce que tu veux et seulement après tu mets l'argent dans la boite. A l'envers. Je paye pas, j'achète et j'économise ensuite? Tout juste!

C'est donc ce qu'il fait. Il achète… une voiture… une télé… un frigo… une petite maison….

Un jour, on lui donne un morceau de plastic à la place du chéquier. C'est une carte qui va remplacer tout ton argent, grâce à quoi tu vas pouvoir acheter absolument tout ce que tu veux n'importe où, même où tu n'es pas.

A partir de ce jour l'argent, la monnaie, l'or, les pièces lourdes dans les poches, sont devenus virtuels et libres de voler n'importe où comme des anges maléfiques. L'argent qui ne pèse plus dans les poches finit par disparaître et tout devient facile à acheter puisqu'on ne voit plus cet argent disparaître.

Demain nous paierons tout avec notre téléphone mobile, nous n'auront plus aucune idée de la valeur de l'argent, de la valeur du travail, nous n'auront plus du tout d'idée de valeur.

Monsieur Ouvrieux  n'était pas riche bien que travaillant dur pour nourrir sa famille, mais il n'était pas malheureux et ne devait rien à personne. Il ne pètait pas plus haut que son cul!

Ca ne sert à rien de péter dans la soie, ce qui est jouissif c'est de péter, tout bêtement.

 

 

Publié dans CULTURE GENERALE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G
<br /> <br /> C'est là que se trouve la faute "tu vas pouvoir achetez" au lieu de "tu vas pouvoir acheter", voilà c'est fait, bizoux gaby<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
G
<br /> <br /> FELICITATIONS, que voilà un article qui fait chaud au coeur, qui fait plaisir à lire! Analyse fine, rondement menée de main de maître, je l'aurais classée dans "philosophie" mais culture générale<br /> c'est bien aussi.<br /> <br /> <br /> Mon Jean-Pierre, venir sur ton blog devrait être remboursé par la sécurité sociale!<br /> <br /> <br /> Bizoux, ta soeur gaby, au plaisir de te lire.<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
J
<br /> <br /> pas du trou, non, pas du trou!<br /> <br /> <br /> <br />
A
<br /> <br /> la parabole du pet !<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
M
<br /> <br /> mais pas de tout faire péter!<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre