CONTE DE SAISON

Publié le par JIPEHEM

Les fêtes de Noël approchant à grands pas, voici un joli conte pour nos enfants admiratifs devant tant de naïve beauté.

C'était à l'époque où la Lune se mettait un doigt dans l'œil*. Un Prince se sentait fort malheureux par ce qu'une horde sauvage de stupides sujets le détestait sans la moindre retenue et ternissait son image de marque (déposé). Seule sa cour qu'il maitrisait d'une main de fer dans un gant d'acier, le soulageait un peu par le respect infini qu'elle était obligée de lui témoigner. Mais le Prince périssait toujours dans son château à cause de l'infinie ingratitude de ses sujets(de mécontentement), malgré les jolies rengaines que lui susurrait sa Princesse, ni les agapes et les somptueux repas qu'il partageait avec ses confrères du monde entier, ni les fabuleux voyages tout autour de la Terre, ni l'amoncellement de deniers d'or qui faisaient craquer tous ses coffres blindés, ne semblaient le dérider et lui rendre la vie plus douce.

Alors donc, c'est ainsi que devant tant de détresse son Grand Chambellan, El Guano, lui suggéra le final fantaisiste moyen qu'il trouva dans le Grand Livre d'images(ou des mages) qu'il avait pour habitude de consulter quand il n'y avait rien à la tévision, afin que la cote (de maille) du Prince explose dans le sens de la hauteur et que sa popularité augmente avant les grandes consultations populaires qui font la fierté de son fief.

-Euh, rectal! Je sais mon Prince quoi qui faut que tu fais, ta Grande Haute  Altitude.

-Et quoi que donc?

-Il te faut combattre le Dragon qui détruit le Monde dont tu es par droit divin, le grand protecteur. Ainsi tu seras le plus grand de tous les zéros et nul ne te refusera plus respect ni fidélité.

-Dieu me gratouille, j'achète! (Il avait la bourse facile, vu que le pognon n'était pas le sien).

J'enfourche mon destrier, je brandis mon glaive et  je cours voler et venger pour ma plus grande gloire.

Et c'est ainsi, que le petit prince, à ne pas prendre avec des pincettes, réussit à se ficher du monde en faisant croire à son peuple délaissé qu'il était le plus grand chef de l'univers et que grâce à lui, le Monde sera sauvé.

C'est t'y pas une belle histoire que celle-ci?

Malheureusement, ce n'est pas un conte, mais seulement la nouvelle entourloupe du roublard Tsarkosy.

*Dans cette expression, l'œil ne se situe pas exactement sur le visage.

Publié dans ACTUALITE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
<br /> Les bons contes ne font pas hélas que les bons amis, ni les bons comtes, même pas les bons petits Princes. En tout cas celui-là serait bien inspiré de retourner sur sa planète dessiner des<br /> roustons...<br /> <br /> <br />
Répondre
L
<br /> Mince ... Dracula est de retour ???<br /> <br /> <br />
Répondre
F
<br /> Que diantre ! Pourquoi, diable, ne l'as-tu pas fait trucider par de vilains (euh !) malandrins ? Voià un conte qu'il aurait été beau et qu'il aurait fini bien !<br /> <br /> <br />
Répondre
B
<br /> Le pire c'est que c'est en plus un vampire !<br /> <br /> <br />
Répondre
T
<br /> Belles images de cape et de pets!<br /> Sortons les boucliers!<br /> <br /> <br />
Répondre