HOPITAL

Publié le par JIPEHEM

 ostopital.Converted

(Le service public, c'est tous les services d'état utiles aux pauvres et qui indisposent les riches, en voie de destruction massive dans les mains du Tsarkozy et ses complices.)

Ce samedi-ci d'avant le dimanche d'hier, j'ai rentré de l'hostopital parce que j'ai très bien bonne santé. Merci à vous.

J'explique quoi c'est l'hôpital: C'est un ensemble de bâtiments délabrés, un peu comme une cité du neuf-trois; d'ailleurs nombreux sont du neuf-trois ceux qui y travaillent. A l'intérieur, même chose, des couloirs et des chambres délabrées avec dedans du matériel ancien, plus ou moins en état de marche face à du matériel tout neuf, haut de gamme. (parceque si cher que seul l'état a les moyens).anne

Y vivent des gens, des humains. Deux sortes de gens: les malades et les soignants.

Les malades sont des gens hargneux, râleurs et indélicats, qui n'ont pas de limite et à qui tout est dû. Le malade s'ennui et passe son temps à harceler les infirmières. Les malades ne sont pas des gens fréquentables, c'est pouquoi la raison que je ne suis pas resté longtemps. Laissons là les malades.

Les soignants.

D'abord il y a les infirmières. Une infirmière est une femme noire, dévouée et douce, prête à tout pour être agréable au patient afin qu'il passe un séjour le moins pénible possible. Ceci pendant des heures, jour et nuit, pour une petite poignée d'euros; mais que ferait-elle de plus de pognon..?

Il existe aussi des infirmières maghrébines, les-quelles sont tout aussi dévouées et douces, mais dotées d'un caractère bien trempé pour motiver le malade avec une petite pointe d'autorité bien solide. Il y en a des blanches et même de souche. Le plus surprenant c'est que l'on rencontre également des apprenties toutes jeunes infirmière à peine sorties de l'école. Mais à quoi pensent-elles?

Ensuite il y a les médecins. Comme nous sommes dans un CHU -c'est une sorte de bateau-école-, on en trouve deux sortes: les externes et les internes et les professeurs. Le professeur est le chef de clinique qu'on ne rencontre pratiquement pas sinon à l'entrée et à la sortie. Le professeur donne des ordres à l'interne, l'interne donne des ordres à l'infirmière, l'infirmière donne des ordres au malade et le malade donne des ordres à la pizzeria, car il faut bien le dire, la cuisine n'est pas au top.HOPITAL

Voilà vite fait un petit portrait d'un hôpital public qui existe encore parce que certaines personnes acceptent de travailler plus pour gagner moins, et de ce fait méritent tout le respect que de nombreux malades oublient de leur manifester.

Je vous remercie de votre attention, la semaine prochaine nous ne parlerons pas du bloc opératoire que je n'ai pas vu cause que j'avais été endormi.

 

Publié dans PERSO-PERSO

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G
<br /> <br /> les infirmières sont des anges envoyées par le Bon Dieu pour nous aider à avaler la pilule qu'est l'hôpital.<br /> <br /> <br /> Gaby<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre