TIBOR FISHER

Publié le par JIPEHEM

VOYAGE






































Voyage au Bout de ma Chambre

Voici comment je suis devenue riche: j'étais chez moi un vendredi après-midi à quatre heures et demi.

Riche? Riche pour beaucoup. A l'aise pour d'autres. Raisonnablement à l'aise, voilà ce que moi, je dirais. Selon les critères les plus répendus. Je possède un appartement plus que suffisant pour une personne seule, un espace qui, dans de nombreuses grandes villes du monde (à la fois les plus grouillantes et les plus élégantes), serait considéré comme excessif. J'ai un bureau royal. Deux chambres, bien que la seconde n'en soit une que pour les agents immobiliers, parce que si l'on devait y mettre un lit, il n'y aurait plus de place pour rien d'autre. Le salon est de dimensions convenables, la cuisine et la salle de bains, respectables, et –voici le véritable luxe- une deuxième prétendue salle de bains, avec des toilettes et un minuscule lavabo. C'est un duplex en fait, et le vaste escalier contribue à l'impression de volume. Je trouve toujours apaisant de monter et de descendre ses marches en bois massif. Situé tout en haut de l'immeuble, l'appartement est toujours très clair, les murs, vieux et solides, suffisent à limiter les nuisances sonores de mes voisins, et comme je suis au deuxième étage, au-dessus des arbres (astucieusement plantés il y a plus de cent ans et pas encore complètement détruits par les fumées toxiques et le vacarme des automobiles), le tumulte de la rue ne m'atteint pas non plus. Au cours des deux semaines ensoleillées qui tiennent lieu d'été dans ce pays, je jouis du luxe d'une terrasse installée sur le toit et j'ai la possibilité d'offrir une petite sortie à mes plantes.

………………………………………………………………

…Chez soi, ce n'est jamais quelque part, c'est toujours quelqu'un. FIN.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
<br /> <br /> Quinze fois lorsque je vivais loin, cinq fois ensuite. Sachant que mon loin ne me l'était pas alors, c'est à présent qu'il l'est ...<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
B
<br /> La dernière phrase est pertinente, mais quelqu'un ne suffit pas.<br /> J'ai déménagé une vingtaine de fois dans ma vie, suis heureuse d'être à présent posée, mon quelqu'un s'y plait bien ...<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
J
<br /> OUh... VINGT fois... Loin?<br /> <br /> <br />