VISITE AU NEUF-TROIS

Publié le par JIPEHEM

Oh, la la, vous ne saurez jamais ce qui vient de m'arriver. Ah ben si, vous le saurez quand je vous l'aurais dit. C'est pas croyable,  jamais je n'aurais  pu penser voir ça de mon vivant. C'est affolant les horreurs qu'on montre au public de nos jours. En plein après-midi radieux de la mi-avril. En plein jour. Devant des enfants et même des bébés…

-Bon, ça va. RACONTE!

-Oui, O.K. J'avais rendez-vous cet après-midi avec l'homme médecine et je m'y allais bon pied bon œil. Au bout d'un moment j'ai croisé un groupe d'individus en tenue de combat, avec des tas de protections partout partout avec écrit gendarmerie sur le dos. Plus j'avançais vers mon groupe médical et plus je croisais des flics, des policiers, des gendarmes, à pied, en camion, en voiture, sur des motos, mais pas de chevaux. J'avançais et je croisais une foule de flics jusqu'à ce que, au moment d'atteindre mon but: STOP! Interdit, on ne passe pas!

-Mais j'ai rendez-vous juste en face, je ne peux pas traverser?

-Non, monsieur, désolé, c'est une histoire de quelques minutes.

Gentil, le poulet, mais ferme et bien rôti, comme je les aime. Donc, j'attends quelques minutes… au bout desquelles, je le vis, entouré d'hommes in black,  qui sortait d'une maison de vieux, je crois. Là, dans ma ville, à Livry-Gargouille, ville fleurie et calme, tout un chambardement pour lui. Dans Ma ville, devant une petite foule qui le guettait sur le trottoir d'en face, il s'affichait souriant  et satisfait le nabot présidentiel en visite rien que pour m'emmerder. Ce type, quand il vient dans le neuf-trois, c'est dans une ville calme, visiter des petits vieux… Les gens : coucou, bravo! Et lui, grand sourire et gestes de la main. Dans ma ville, à Livry-Gargouille. Rien que pour m'embêter. Il est vite monté dans une voiture noire, aux glaces noires comme son âme et, plus il s'éloignait plus l'ordre et la sérénité sont petit à petit revenus prendre leur droit. Je lui ai bien montré mon doigt, celui qui pue toujours, mais bon, pas que ça à faire.

J'ai ainsi pu entrer dans mon centre médical où cette histoire n'était pas tout à fait finite parce que j'ai vu descendre deux gendarmes avec un grand sac qui ne contenait pas des cannes à pêche; Ils avaient mis des tireurs sur le toit de mes toubibs au cas où quelqu'un aurait eu la bonne idée de déboulonner la statue du commandeur.

Le soir, j'ai cru voir le maire nettoyer le trottoir au Karcher, mais peut-être n'était-ce qu'un rêve…  

 

Publié dans PERSO-PERSO

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
<br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Si tu l'as vu, lui, c'est que ce n'étaient que des poussins!<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
J
<br /> <br /> J'ai jamais mangé de poussin, mais si tu croise un jour le grand flic costaud à qui j'ai parlé, ne le traite pas de poussin. Tu sais bien que l'homoncule est un as du spectacle qu'on<br /> peut voir de partout.<br /> <br /> <br /> <br />
G
<br /> <br /> Cette histoiore horrible d'une armée qui tente d'empêcher une personne d'arriver à l'heure à son RV médical était très bien racontée.<br /> <br /> <br /> Le lecteur sent la pesanteur de l'ambiance, voit les hussards sur les toits perchés, retient son souffle face au suspense insoutenable : vont-ils tirer dans la foule ? Massacrer notre ami<br /> qui confond trottoir d'en face et salle d'attente ?<br /> <br /> <br /> Heureusement ça finit  bien...L'armée est passée, comme passent les nuages de cendres : en obscurcissant momentanément le monde...<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
J
<br /> <br /> Mais on ne me la fait pas à moi.<br /> <br /> <br /> C'est gentil d'être passé, suis allé chez toi, mais compliqué pour laisser un com'<br /> <br /> <br /> A bientôt, j'espère.<br /> <br /> <br /> Avant la sainte Sylvestre(anne)<br /> <br /> <br /> <br />
A
<br /> <br /> J'avais entendu dire qu'il devait visiter un centre médical (pour annocer le prochain tarif des consultations à 23€ et le déremboursement de nouveaux médicaments), d'ici à ce que ce ne soit le<br /> tien.<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
J
<br /> <br /> Bé moi j'avais rien entendu<br /> <br /> <br /> <br />